Camping-car à la neige : prudence et anticipation sont indispensables

Un séjour en camping-car à la montagne ne s'improvise pas. Entre la préparation des équipements indispensables et le chauffage à réviser, un minium d'anticipation s'avère nécessaire.

• Avant de vous lancer à l'assaut des massifs, définissez votre itinéraire. On ne le dit jamais assez, mais le fait de savoir où l'on va évite 99% des soucis. Dans les caravaneiges, pensez à réserver en vue d'un séjour pendant les vacances scolaires. 

• Faites contrôler les pneumatiques du camping car. Les pneus Michelin XC Camping sont plutôt tout terrain « Mug and Snow » (M&S), boue et neige, grâce à de fines lamelles sur la bande de roulement. Attention, en Allemagne et au Luxembourg, seuls les pneus neige sont autorisés en hiver.

• Surtout, n'oubliez pas les chaînes à neige. Elles permettent toujours de se sortir d'un mauvais pas, d'autant que la motricité d'un camping car en charge n'est jamais excellente... Plus encore lorsque la route grimpe.
Camping-car à la neige
• Evidemment, partez avec le plein de gaz (propane uniquement), même si vous avez réservé un emplacement dans un caravaneige. Dans ce cas, embarquez avec vous un petit convecteur électrique. Vous pourrez concentrer le flux de chaleur à des endroits particulièrement sensibles, à l'image la pompe à eau ou des canalisations le long d'une paroi froide. Si les températeurs chutent vraiment, elles vont geler assurément, même à l'intérieur du camping-car ! A la montagne, quand les températures sont au plus bas, une bouteille de gaz pleine assure quatre ou cinq jours maximum d'autonomie et de chauffage.

• Equipez-vous obligatoirement d'une pêle à neige, des volets isothermes, une lampe de poche, une balayette, un cratoir à pare-brise avec un long manche, un tapis de sol pour le montage des chaînes et un réservoir amovible pour récupérer les eaux usées. Pas question de les laisser stagner dans la cuve si elle n'est pas située dans un double plancher chauffé et isolé. Même les réservoirs extérieurs protégés risquent de geler.

• Mettez de l'antigel lave glace et prévoyez une petite réserve de ce produit (même si le véhicule est neuf).

• Assurez-vous de l'état de vos balais d'essuie glace.

• Emportez des couvertures pour les personnes qui vous accompagnent. Il n'y a pas que le véhicule dont il faut s'occuper. Le chauffage de la cabine apparaît insuffisant pour réchauffer la cellule et les passagers à l'arrière. 

• Le système de chauffage de la cellule doit être contrôlé avant le départ (pas le jour d'avant) car les vacances seront écourtées immédiatement s'il fait -10°dans la cellule !

• Très important, n'oubliez pas la couverture de pare-brise, cartons et chutes de moquette à glisser sur le plancher froid. Attention, à toujours préserver la bonne aération de la cellule, sous peine de condensation excessive. En conséquence, n'obstruez pas les ventilations.

• Une tringle dans la douche permettra de suspendre les vêtements humides. 

• Un groupe électrogène (1000W) est un atout précieux si d'aventure le chauffage venait à tomber en panne. Ce sont des choses qui arrivent et la situation peut prendre un tour fâcheux avec des enfants à bord ! N'oubliez pas que les conditions climatiques et l'état des roues interdisent parfois un départ immédiat. A notre avis, le groupe électrogène est une solution de secours indispensable hors stationnement dans un caravaneige.

• Votre frigo aussi est important même par temps de grand froid. Mettez les grilles d'hivernage : il veut bien refroidir mais n'aime pas le froid dans l'agrégat.

• L'équipement du véhicule vous accompagne. Déroulez le store avant de partir et nettoyez- le, l'antenne sera dépliée et essayée avant le départ. La télévision étant un gros consommateur, il faudra en limiter l'usage, sauf à fréquenter les caravaneiges. 

• Attention à la panne électrique. Préservez autant que possible les ressources de votre batterie qui assure notamment le fonctionnement du chauffage et la répartition de l'air chaud dans l'habitacle. Cette ventilation forcée est d'ailleurs assez gourmande en électricité. En cas de décharge profonde de la batterie, en dessous de 10,8 volts, elle se met en sécurité et coupe le chauffage. La mise en route régulière du moteur (1h chaque soir par exemple) ne permet pas de la recharger durablement. 
camping-car à la neige
La maitrise de la consommation électrique représente la principale difficulté d'un séjour à la montagne
(©Niesmann+Bischoff)

 
Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de navigation et de fournir des fonctionnalités supplémentaires.