Nouvelle édition du Paris-Pékin-Istanbul en camping-car

La douceur des bords de Seine, choisis comme point de départ, retenait encore un peu les équipages du Paris-Pékin-Istanbul. Mais, pas de temps à perdre. La route est longue pour les camping-cars engagés dans un périple de 30.000 km organisé par la FFCC, avec l’appui de l’agence Atypik Travel.

Bien sûr, ce long voyage n’a rien à voir avec la croisière jaune, mais il prend tout de même des airs d’expédition au long cours pour des voyageurs pas forcément aguerris. « Les soucis ne viennent pas toujours de la mécanique, mais sont liés à des problèmes de conduite et d’anticipation sur des routes où le danger ne prévient pas. Les projections de cailloux et les dos d’âne font le plus dégâts sur les camping-cars » prévient Jean-Yves, en charge de l’assistance technique durant tout le périple.

Paris-Pékin-IstanbulAprès trois participations et plus de quarante ans de mécanique derrière lui, l’homme connaît bien son affaire. Il insiste aussi sur l’importance de la préparation. « Je réalise toujours une inspection des véhicules avant le départ de manière à m’assurer de leur bon état de fonctionnement et d’entretien. Je ne veux pas refaire l’embrayage à la première étape... On veille aussi à ce que les camping-cars ne soient pas trop longs, pas plus de 8,00 m, et pas trop lourds. Cinq tonnes maxi. ».

Le coffre du camping-car d’assistance est bien chargé et prend des allures d’atelier mobile : poste à souder, compresseur, outils, etc. Jean-Yves devra faire face à toutes les situations. Il peut aussi compter sur un stock de pièces détachées mises à disposition par un professionnel du camping-car (groupe de distributions CLC).

Certains véhicules semblent mieux préparés que d’autres. Partenaire de longue date, AL-KO équipe notamment plusieurs camping-cars et fourgons de renforts pneumatiques Air-Top à l’arrière et de jambes de force ACS sur l’essieu avant.

Assitance technique et médicale 

D’autres vont encore plus loin. Venus de Suisse, Myriam et Armand étrennent pratiquement leur tout nouveau fourgon Hymer sur Mercedes 4x4, acheté en prévision de ce long voyage qui les tiendra éloigner de leur activité professionnelle durant plusieurs mois. « Nous partons l’esprit léger, bien décidés à en profiter au maximum. Ce qui fait la différence, c’est l’assistance technique et médicale qui nous suit tout au long du parcours. C’est un vrai plus ». Après une longue expérience de baroudeurs en Jeep Cherokee, dans des conditions parfois précaires, le couple entend bien goûter au confort de leur fourgon Hymer, renforcé d’un treuil, de panneaux solaires et d’un convertisseur-onduleur.

Le point fort du voyage reste naturellement la Chine que les équipages auront le privilège de parcourir avec leur propre camping-car. « Plus de trois mois de démarches administratives sont encore nécessaires avant d’obtenir le permis de conduire provisoire en Chine, malgré un accord de reconnaissance réciproque des permis récemment signé entre les deux pays » avoue l’accompagnateur et réceptif en Chine, Philippe Yao. Beaucoup de règles semblent peu compatibles. En Chine, les conducteurs de plus de 70 ans ne sont plus autorisés à rouler...

Cette nouvelle édition du Paris-Pékin-Istanbul – la cinquième – permettra de mesurer de nouveau les évolutions spectaculaires des infrastructures destinées au tourisme en Chine. Le camping-car s’y développe également à grande vitesse, avec l’aide de groupes étrangers (Pilote en France) et la volonté du gouvernement chinois. Il n’est pas exclu qu’un périple Pékin-Paris existe dans quelques années avec, cette fois, des camping-caristes chinois.Paris-Pékin-Istanbul
Paris-Pékin-Istanbul
↑ Jean-Yves prend soin des camping-cars durant les 30 000 km du voyage.
Paris-Pékin-Istanbul
↑ Myriam et Armand, engagés pour la première fois au Paris-Pékin-Instanbul.

 
Ce site utilise des cookies pour améliorer l'expérience de navigation et de fournir des fonctionnalités supplémentaires.