auprès du parquet de Coutances (Manche). « C‘est la plus importante quantité de véhicules volés jamais découverte en France au cours d’une même opération judiciaire », a souligné le procureur de la République de Coutances, Renaud Gaudeul. La valeur des camping-cars retrouvés est estimée à près de 11 millions d’euros. Récit.

Arnaque-camping-cars-02

Au départ de l’enquête, il y a le vol de quatre camping-cars dans des concessions du département de la Manche, à Condé-sur-Vire en 2013 puis Guilberville en 2015. Les gendarmes normands se rendent compte que les vols de camping-cars, au niveau national, se sont quasiment multipliés par trois en cinq ans, passant de 112 cas en 2010 à 322 en 2015. Avec à chaque fois : aucune trace des véhicules, ni en France, ni à l’étranger.

Faux certificats de carrossage
C’est finalement une perquisition dans l’Eure pour une toute autre affaire qui, à l’été 2015, va mettre les enquêteurs sur la bonne voie. Ils découvrent alors un faux certificat de carrossage et mettent au jour une technique inédite et élaborée pour déguiser les camping-cars volés. Après avoir acheté légalement un vieux fourgon délabré et dérobé un camping-car flambant neuf, les malfaiteurs utilisaient ces certificats, fabriqués à partir de faux tampons, pour feinter la transformation du fourgon en camping-car. Et ainsi obtenir de la préfecture un certificat d’immatriculation en règle… Les numéros de série correspondants à la carte grise étaient par ailleurs gravés sur le véhicule (voir la vidéo de France 3). Ou comment ‘transformer’ une épave, achetée 1500€, en véhicule récent pouvant être vendu jusqu’à 50 000€ sur un site de ventes entre particuliers !

631 camping-cars identifiés
En passant au crible tous les véhicules ayant fait l’objet de certificats de carrossage, les gendarmes ont identifié à ce jour 631 camping-cars suspects. 281 d’entre eux ont été retrouvés dans le cadre de l’opération menée entre le 29 mars et le 18 avril et une trentaine de personnes a déjà pu être interpellée. Selon le parquet, il ne s’agirait pas d’un seul et même réseau de revente mais de plusieurs filières. Toutes les préfectures et sous-préfectures de France ont par ailleurs reçu la consigne d’étudier de manière plus poussée les demandes de carte grise pour camping-cars.

L’enquête, qui a duré quatre mois et mobilisé 1800 gendarmes dans 91 départements françaiis, aura nécessité – au vu de l’ampleur du phénomène – la mise sur pied d’une équipe dédiée. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est félicité de ce vaste coup de filet dans un communiqué de presse mercredi.

Ailleurs sur le web