Présentée comme un modèle d’efficacité et de pragmatisme, l’usine CAPRON n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Une seconde ligne de production, actuellement en cours d’installation moyennant un investisssement de 11 millions d’Euros devrait démarrer en avril 2015 ; avec pour objectif la fabrication de «véhicules compacts».

Sur un marché globalement déprimé, l’éclatant succès des deux marques Sunlight et Carado déjà présentes dans une quinzaine de pays apparaît presque insolent. En peu de temps, elles ont réussi à se hisser au 1er rang des immatriculations en Allemagne. En France, elles ne rivalisent pas encore en volume avec les ténors du camping-car, mais affichent des taux de progression à deux chiffres.Les secrets de cette réussite, nous sommes allés les chercher en Allemagne, directement auprès de l’usine CAPRON qui fabrique depuis 2006, au rythme soutenu de 28 véhicules / jour, les camping-cars Sunlight et Carado. Sur la châine d’assemblage, la plus longue du secteur avec 450 m, les véhicules en construction avancent en continu… sur fond de musique. Elle adoucit les moeurs et donne le tempo. Autres surprises : des corbeilles de pommes à disposition et une salle de massage pour les salariés qui le souhaitent…

Dans les bâtiments de béton , datant pour partie de 1929, la température et le taux d’humidité de l’air sont contrôlés en permanence. Le personnel s’affaire, sans précipitation. Chacun connaît parfaitement les gestes qu’il doit exécuter et répéter. Suspendus à des treuils, les panneaux sont manoeuvrés par un seul homme et dirigés au plus près de la chaîne après leur fabrication.

Selon toute vraisemblance, pour ses dix ans, la jeune société CAPRON, née de la participation d’Hymer et de Dethleffs, doublera le cap des 35 000 camping-cars fabriqués ! La production ne s’arrête jamais vraiment. Certaines équipes tournent en 3X8 et d’autres en 2X8.

Profitant des opportunités offertes par la réunification des deux Allemagne, CAPRON a pu s’installer sur un site de 25 hectares laissé libre en 2004 par l’entreprise publique de machînes agricoles FORTSCHRITT qui occupait 6500 personnes à l’époque de l’ancienne RDA.

Dans une région frappée de plein fouet par la crise et l’effondrement brutal des pans entiers de l’économie, CAPRON a pu compter sur une main d’oeuvre jeune (36 ans de moyenne d’âge), motivée, qualifiée et bon marché, ainsi que sur le soutien des autorités locales qui ont facilité les démarches administratives.

La politique du “Just in Time” comme dans l’auto 

Dès le départ, les bailleurs de fonds, Hymer et Dethleffs, mettent la main à la poche et investissent lourdement dans des outils de dernière génération capables d’assurer un travail de précision et en continu. La production démarre modestement fin 2006 avec seulement 60 personnes, mais monte rapidement en puissance, avec des méthodes qui privilégient au minimun les stocks. Une dizaine de jours pour les châssis, trois ou quatre pour les équipements et les accessoires disposés directement sur la chaîne, au plus près des postes de montage. C’est la politique du just in time, comme dans l’automobile.

Puisqu’elle dispose de larges surfaces à disposition (25 000 m2 de bâtiments), l’entreprise intège en sous-traitance plusieurs ateliers spécialisés dans la préparation des châssis ou la peinture. La place n’est pas un souci. C’est le seul luxe que s’autorise Capron.

En interne, la menuiserie réalise pratiquement l’ensemble des meubles à l’exception des pièces galbées. Les éléments polyester viennent de l’extérieur.

Toutes les décisions concourrent au même objectif : contenir les coûts et maximiser les grandes séries pour offrir des prix de vente volontairement serrés et compétitifs : à partir de 37 990 € en France (2014). L’ensemble des modèles sur la chaîne sont vendus, facturés et affectés.

Carado et Sunlight misent sur des gammes courtes (13 modèles pour chacune des marques), facilement compréhensibles et fortes des meilleures dispositions du moment en profilé et capucine : le lit central se décline en deux longueurs (6,99m et 7,43m), les lits jumeaux en trois, etc.

La clé du succès, c’est aussi une gestion rigoureuse des fournisseurs et des équipements dûment sélectionnés et testés pour leur fiabilité. Pour l’ensemble des camping-cars, CAPRON a retenu une seule référence de chauffage (puissant Truma 6), deux types de réfrigérateur (113 L ou 167 L) et l’unique Fiat Ducato à voie large. Idem pour la liste des options réduite à une vingtaine de lignes et à plusieurs packs.

Si cette standardisation autorise de subtantiels économies d’échelle, elle ne se fait pas au rabais, contrairement à d’autres marques à vocation économique. Carado et Sunlight privilégient la qualité, comme le prouve l’examen détaillé des prestations :

  • Batteries cellule AGM (haut de gamme)
  • Prolongateurs de châssis au-delà de l’essieu AR
  • Matelas mousse à haute résilience
  • Marchepied électrique
  • Moustiquaire de porte
  • Revêtement polyester sur le toit et la paroi AR
  • Chauffage Truma 6
  • Contrôle de trajectoire ESP et aide au démarrage en côte compris dans le pack châssis.

Sur les Carado et les Sunlight, seule la décoration change. Pour le reste, la fabrication est strictement identique. L’entreprise reprend des techniques et des matériaux éprouvées (ossature bois et isolation par mousse expansée), dont la mise en oeuvre est très largement éprouvée au sein du groupe Hymer. L’assemblage du plancher (fabriqué chez Dethleffs et expédié à l’usine CAPRON) et des parois s’effectue à l’aide de chevilles de bois et par vissage. La simplification, érigée en principe cardinal, et nullement présentée comme préjudiciable, garantit une totale maîtrise des méthodes, une facilité d’execution et une bonne fiabilité dans le temps.

Ailleurs sur le web