1. Centre de gravité abaissé

Les châssis AL-KO ne sont pas forcément surbaissés, contrairement à l’idée habituellement admise. Lorsqu’ils le sont, deux hauteurs sont possibles par rapport au châssis d’origine : – 140 mm ou – 220 mm. Le surbaissement est généralement retenu lors de l’aménagement d’un double-plancher.

2. Tenue de route
Quatre voies possibles chez AL-KO : 1717, 1860, 1980 et 2100 mm. Plus la distance séparant les roues du même essieu est importante, meilleure sera la stabilité du camping-car, toujours sensible au vent et au fort déplacement d’air lors du dépassement d’un camion. Cette voie élargie est un atout appréciable, dont AL-KO, il est vrai, n’a pas l’unique privilège. La version camping-car du Fiat Ducato dispose également de la même caractéristique (voie de 1980 mm).

3. Confort routier
Le confort est supérieur à celui offert par un châssis standard à essieu rigide. La raison en est simple et tient à la qualité de la liaison au sol assurée par une suspension à roues indépendantes et barres de torsion métalliques et rondes. Concrètement, les petits soubresauts de la route sont mieux absorbés, d’où moins de bruits dans la cellule.
Les amortisseurs sont également calibrés en fonction de la réalité des usages, parfaitement identifiés par AL-KO qui connaît la destination finale de ses châssis. C’est un point important car ces amortisseurs travaillent toujours à pleine charge sur un camping-car, contrairement à un utilitaire où les phases à vide succèdent à des périodes de fortes contraintes. En d’autres termes, avec un camping-car, on roule toujours au maximum de la charge admisse par essieu !

4. Meilleure répartition des charges
Les charges loudes (réservoirs et chauffage) sont situées au plus près du sol, dans l’axe longitudinal du véhicule, entre les deux essieux. Leur emplacement est défini pratiquement au cas par cas, au terme d’une relation étroite avec le constructeur du camping-car. C’est pratiquement du sur-mesure.

L’extraordinaire souplesse d’adaptation de l’AL-KO donne aux fabricants des leviers d’action inespérés par rapport à un châssis standard. Les carrossiers peuvent ainsi pratiquement définir la longueur de l’empattement, celle du porte-à-faux, décaler une traverse ou en modifier le nombre, toujours dans le respect de la sécurité et des contraintes mécaniques.

Quel avantage en tire le camping-cariste ? Sans discussion aucune, un aménagement optimisé, garant d’un meilleur confort.

5. Châssis allégé
A intervalles réguliers, des trous oblongs couvrent les traverses et les longerons du châssis AL-KO, moins lourd que celui du Fiat, en raison de cette présente caractéristique. Selon AL-KO, le gain serait d’environ 100 kg.

6. Accessoires
Pré-équipement du châssis en prévision du montagne d’accessoires homologués par AL-KO. Les trous de fixation sont prévus d’origine pour l’installation, par exemple, d’un porte-charge ou de suspensions à air.

7. Entretien simplifié
Tous les ans ou tous les 15 000 km, AL-KO recommande le graissage de l’essieu, à hauteur du bras de suspension. Chacun peut le faire, à condition de mettre le camping-car sur cric et de réaliser l’opération la roue pendante pour une meilleure efficacité du graissage.

{tab Historique}

AL-KO Kober : De la serrurerie au groupe international

La petite serrurerie, AL-KO Kober AG, fondée en 1931 par Alois Kober, à l’âge de 23 ans, a beaucoup grandi. À force d’initiatives et d’innovations, elle est devenue, 80 ans plus tard, un puissant groupe international comptant 50 sites et quelque 3700 employés à travers le monde. Elle est toujours dirigée par la famille Kober.
C’est principalement dans le domaine des véhicules de loisirs qu’Al-ko s’est imposé comme un acteur incontournable. Jusqu’ici plus de 20 millions d’essieux et 155 000 châssis allégés pour camping-cars, caravanes et remorques utilitaires ont quitté les usines !

AL-KO continue d’innover et travaille sur l’intégration d’un moteur électrique à son châssis allégé. Commercialisation prévue pour 2014.

{tab Conclusion}

Faut-il payer son camping-car 5 000 € de plus pour profiter de la technologie AL-KO ? Car, au fond, c’est la question centrale que se pose tout nouvel acquéreur. Non, évidemment, on peut s’en passer et vivre néanmoins d’agréables moments en camping-car. C’est un peu comme la boîte de vitesses robotissée. Ce n’est pas une obligation, mais c’est tellement mieux avec.
Il est entendu qu’en termes de confort routier, de répartition des charges et d’optimisation de l’aménagement, le châssis AL-KO présente de vrais avantages, pas forcément perceptibles au premier coup d’œil – c’est sans doute son drame -, mais dont les camping-caristes avertis en connaissent toute l’importance.

{/tabs}

Total
0
Shares
Ailleurs sur le web