Vidange obligatoire du réseau d’eau
Vous n’êtes pas sans ignorer qu’en dessous de zéro degré l’eau gêle et surtout se dilate, au risque d’endomager les contenants où elle est prisonnière : chaudière, conduites d’eau et même les panneaux de structure si par malheur une infiltration n’avait pu être décelée et réparée avant.

Un contrôle d’étanchéité avant l’hivernage est toujours bienvenue. Pour le reste, on prendra la précaution de vidanger le chauffage et les réservoirs à eau. Ouvrez les vannes, les robinets de la salle d’eau et de la cuisine, mettez la pompe à eau en marche et déclenchez la soupape no Frost (vidange boiler).

Après ces opérations, vous devriez ne plus avoir d’eau dans le circuit eau propre. Faites de même avec les toilettes, car là aussi il y a de l’eau. Vidangez votre cassette, mettez un peu de spray silicone spécial cassette sur les joints,

Prenez soin de votre batterie
Durant la longue période d’inactivité du camping car, la batterie cellule se décharge inexorablement et en profondeur si rien n’est fait.

Si vous stationnez le véhicule à proximité de votre domicile, vous pouvez le brancher sur le secteur de manière à pallier l’auto décharge de la batterie cellule. Au moyen d’un programmateur, la mise sous tension peut être fractionnée au rythme d’une heure par jour.

Si le camping car est équipé d’un panneau solaire, celui-ci joue pleinement et normalement son rôle, sous réserve d’un ensoleillement suffisant…

Si possible, n’hésitez pas à reprendre régulièrement le volant du camping, le temps d’une courte balade (environ 20 km), pour recharger les batteries par l’intermédiaire de l’alternateur.

Vérifiez la pression des pneus
Durant le stationnement prolongé du camping car, on doit garder un œil sur les pneumatiques qui risquent se déformer sous l’effet de la charge, s’ils ne sont pas assez gonflés. En conséquence, vérifiez régulièrement la pression, plus encore lorque les températures chutent car le volume d’air se réduit.

La structure renforcée des pneus camping car leur permet tout de même d’encaisser bien des contraintes.

Par précaution, on peut se munir de cales spéciales en demi-lune assurant une meilleure répartition de la charge. L’objectif étant d’éviter l’ovalisation du pneu et a formation d’un plat sur la bande de roulement, préjudiciables à la tenue de route et au confort.

“Evitez aussi de stationner le long d’une haie ou sur l’herbe.”

Certains suggèrent d’entreposer le camping-car sur des chandelles, de libérer les suspensions et les pneumatiques des contraintes. L’idée est séduisante mais la mise en œuvre s’avère délicate et risque, si l’opération n’est pas réalisée dans les règles de l’art, d’entrainer des déformations du châssis.

Laissez respirer la cellule
La bonne ventilation du camping car est un point essentiel, à ne pas négliger. Si le véhicule est sous abri, maintenez un lanterneau et une baie entreouverts, sans oublier de tirer la moustiquaire qui fera barrage à l’entrée d’éventuels nuisibles. Ouvrez aussi les portes de placard et retirez les coussins des banquettes. Evitez de les appuyer sur les parois, mais posez les sur la table par exemple.
Faute de pouvoir entrebailler les fenêtres pour des raisons de sécurité, ventilez en grand la cellule aussi souvent que possible. On peut aussi disposer des absorbeurs d’humidité dans la cellule.

Gare aux nuisibles
Souris, mulots et autres loirs peuvent s’inviter durant la longue période d’immobilisation du camping car. Par conséquent, utilisez un répulsif contre les rongeurs, de type Liquid Moly, en le projetant sous le moteur et sur les cablages.

Ailleurs sur le web