1. Identification du véhicule
  2. Freinage
  3. Direction
  4. Visibilité
  5. Eclairage/signalisation
  6. Liaison au sol
  7. Structure/carrosserie
  8. Equipements
  9. Organes mécaniques
  10. Pollution/niveau sonore.

Attention : Lors de la prise de rendez-vous dans un centre technique, prenez soin de vérifier s’il est réellement en mesure de vous recevoir. Certains ne disposent pas des installations requises, c’est-à-dire une porte suffisamment haute pour laisser entrer les camping-cars et un banc de contrôle acceptant les châssis Fiat X250 à voie large ! Sur ce dernier point, voir notre dossier.

  • Quand passer le contrôle technique ?

1. Le contrôle technique volontaire

Les 124 points de contrôle réglementaires peuvent être vérifiés, intégralement ou partiellement, à votre demande, si vous avez un doute, une inquiétude sur certains organes. Ce contrôle ne donne pas lieu à contre-visite et ne modifie en rien la date de la visite technique obligatoire.

2. Le contrôle technique obligatoire

Dans les six moins précédant le quatrième anniversaire de la première mise en circulation du camping-car (PTAC < à 3500 kg), puis ensuite tous les deux ans. La réglementation est plus stricte pour les poids lourds qui sont assujettis à un contrôle tous les ans, dès la première année. Aucune convocation n’informe le propriétaire de ses obligations.

Attention : vous êtes normalement tenu de corriger les défauts non soumis à contre-visite.

En cas de vente du camping-car, au-delà de sa quatrième année, vous devez présenter à l’acheteur non professionnel, avant la conclusion du contrat de vente, le procès-verbal de contrôle datant de moins de 6 mois. Attention, vous n’êtes pas tenu de faire les réparations exigées sur un procès-verbal défavorable si l’acheteur accepte de les prendre à sa charge. Dans ce cas, la mutation ne peut intervenir dans un délai supérieur à deux mois. Le procès-verbal est nécessaire lors de l’immatriculation.

Si certains défauts nécessitent une réparation, une contre-visite de vérification des travaux doit être effectuée dans un délai de deux mois. Seuls les points incriminés sont vérifiés. Si au terme de cette contre-visite, les défauts persistent, une nouvelle visite est nécessaire dans le délai initial des deux mois.

Bon à savoir : N’attendez pas le dernier jour pour effectuer la contre-visite.

En cas de dépassement des délais réglementaires, le propriétaire s’expose à une amende maxi de 135 € et à l’immobilisation de son véhicule. Dans ce cas, les autorités de police ou de gendarmerie retiennent le certificat d’immatriculation et délivrent une fiche de circulation provisoire permettant de faire le contrôle dans un délai raccourci à 7 jours.

Si le véhicule n’a plus de contrôle technique en cours de validité, parce qu’il est resté sans rouler pendant plusieurs années par exemple, il doit normalement être acheminé sur plateau au centre agréé le plus proche.

Test antipollution
Depuis janvier 2008, les camping-cars (VASP, carrosserie : Caravane sur la carte grise) ne sont plus soumis à une visite complémentaire de contrôle antipollution, contrairement aux utilitaires (< 3500 kg) de plus de quatre ans. Les camping-cars subissent néanmoins, comme les autres véhicules de moins de 3,5 tonnes, un contrôle technique tous les 2 ans qui comporte un test antipollution. Les défauts constatés sur le contrôle des mesures antipollution nécessitent une contre-visite obligatoire.

  • Préparez le contrôle technique

Avant de conduire votre camping-car au contrôle technique, examinez certains points.

1. La signalisation
Vérifiez l’état et le fonctionnement
– Klaxon
– Système d’éclairage (feux de position, stop, clignotants)
– Plaques minéralogiques (fixation et lisibilité)

2. Visibilité
Vérifiez l’état
– du pare-brise (pas de fissure de + 30 cm, pas d’impact de + de 3 cm).
– les rétroviseurs extérieurs (fixation et visibilité)
– l’usure des caoutchouc des balaies d’essuie-glace

3. Les roues et les pneus
N’hésitez pas à remplacer les pneus s’ils présentent une déformation ou une coupure profonde ou si les témoins d’usure sont apparents. Les pneus doivent avoir les mêmes caractéristiques par essieu.

4. Freinage
Faites remplacer vos plaquettes et vos disques de freins s’ils sont usés. Si récemment vous avez constaté, lors de freinages appuyés, que votre véhicule se déporte sur la gauche ou sur la droite, c’est peut-être le signe de freins en mauvais état et déséquilibrés. Faites vérifiez vos plaquettes et vos disques de freins par un professionnel de la réparation automobile.

5. La carrosserie
Vérifiez l’ouverture et la bonne fermeture des portes et du capot moteur. Ce dernier sera levé pour le contrôle des niveaux.
La carrosserie ne doit présenter aucune partie saillante susceptible de blesser quelqu’un.

6. Les ceintures de sécurité
Vérifiez leur fonctionnement, leur état et leur fixation.

7. Les autres vérifications préalables
– Le niveau d’huile, de liquide de frein et de lave-glaces.
– L’état de l’échappement (pas de bruit anormal)
– Repérez le numéro de frappe à froid sur châssis et/ou la plaque constructeur du camping-car parfois dissimulée dans un coffre.
– Assurez-vous qu’il n’y ait pas de fuite d’huile ou de carburant.

  • Où trouver un centre technique ? 

1. Réseaux agréés pour le contrôle technique des véhicules légers.

Securitest
www.securitest.fr

Dekra Automotive
www.dekra-norisko.fr

Vivauto / Autovision
www.autovision.fr

Secta / Autosur
www.autosur.com

Autosecurité France
www.autosecurite.com

2. Réseaux agréés pour le contrôle technique des véhicules lourds.
Si vous possédez un camping car poids lourd, vous êtes assujetti à une obligation de visite annuelle plus draconienne que pour les véhicules légers car elle porte sur plus de 200 points de contrôle. Elle est aussi plus chère (environ 100 €). Le camping-car poids lourd ne peut être présenté que dans un centre spécialisé.

Auto Bilan France
www.dekra-pl.com

Vivauto PL
www.autovision-pl.fr

Total
0
Shares
Ailleurs sur le web