Il convient d’ajuster le remplissage d’eau en fonction du nombre de personnes transportées. Pas simple…
À la lecture des catalogues, vous aurez sûrement remarqué une petite subtilité quant à la capacité d’eau propre. Deux valeurs sont indiquées : une que l’on appellera maximale et une autre plus basse, généralement inscrite entre parenthèses. L’écart entre les deux peut aller du simple au quintuple, soit vingt litres d’un côté et cent de l’autre.

  • N’en déduisez pas que le camping-car possède deux réservoirs indépendants, ça serait une erreur d’appréciation.

La vérité est plus simple, mais nécessite une petite explication préalable. La charge utile d’un camping-car dépend directement du poids à vide en ordre de marche (PVOM), calculé, selon la réglementation européenne en vigueur EN1646-2, sur la base d’un véhicule carrossé comprenant les fluides de refroidissement, le carburant, le conducteur d’un poids forfaitaire de 75 kg, la réserve de gaz, la roue de secours ou un dispositif de réparation en cas de crevaison et le réservoir d’eau rempli à 90% de sa contenance. En d’autres termes, le véhicule est prêt à partir.

Reste à connaître la charge utile, soit la réserve de masse résultant de la différence entre le PVOM et le PTAC. Plus elle est importante, plus vous pouvez transporter de passagers, d’accessoires et d’effets personnels.

Pour contenir le poids à vide en ordre de marche du camping-car, et libérer du même coup de la charge utile, les constructeurs actionnent tous les leviers à leur disposition. Parmi les solutions possibles :

  • Réservoir à carburant réduit à 60 L. Passage à 90 L en option.
  • Roue de secours remplacée par un kit de réparation plus léger.
  • Homologation avec une petite bouteille de gaz.
  • Et pour revenir à notre sujet, les fabricants brident également le réservoir d’eau à 20 ou 50 L, alors que matériellement il peut recevoir un volume très supérieur. Il reviendra à chacun de le débrider, en toute connaissance de cause. Si elle varie d’un modèle à l’autre, l’opération reste simple.

Ne nous voilons pas la face, c’est le seul moyen de garantir à des camping-cars de 7 m et + une charge utile suffisante pour le transport de quatre personnes.

En conséquence, il faut revoir nos habitudes et adapter la charge d’eau en fonction du nombre de passagers transportés. Si on part à quatre, le réservoir doit être au plus bas lors des trajets, sous peine de dépasser le PTAC (masse en charge maximale admissible, code F2 sur la carte grise). Sur les modèles les mieux équipés, on trouvera une vanne autorisant la vidange rapide et partielle du réservoir d’eau propre, avant de prendre la route.

C’est évidemment contraignant, car on n’effectue pas forcément le plein d’eau à l’endroit même où l’on stationne pour la nuit…

En couple, le risque de surcharge s’éloigne. Dès lors, on peut remplir le réservoir d’eau à son niveau maximum et prendre sans crainte le volant.


Questions Réponses : Le camping-car séduit un nombre important de Français. C’est assez naturel, car ce véhicule à vivre reste un formidable moyen d’évasion et de découverte, offrant une liberté sans égal : pas besoin de réserver à l’avance sa chambre d’hôtel ou de manger au restaurant à chaque repas. Pour une famille, l’avantage n’est pas neutre.

Il séduit, mais, dans le même temps, il suscite d’inévitables questions, vu l’apparente complexité du véhicule qui se situe au carrefour de deux univers, celui de l’automobile et de la maison. La réglementation, le stationnement, l’autonomie au quotidien, voilà autant de sujets d’interrogations, sinon de légitimes inquiétudes, auxquels nous entendons répondre sous une forme assez simple, celle des questions-réponses.

Cette rubrique est aussi la vôtre. Vous pouvez nous adresser vos questions via notre formulaire de contact.

Ailleurs sur le web