Une cuisine centrale, un lit partiellement transversal, une banquette réglable, un couchage d’appoint sous pavillon et même une plaque de cuisson escamotable à l’extérieur… Non, pas d’erreur, le Challenger Prium XT est le camping car profilé le plus original de sa génération.

À la différence des gammes de camping-cars Génésis et Mageo, la série Prium ne compte pas de modèles à lit central, dans la mesure où cette disposition allongerait au-delà du raisonnable la longueur du camping car. La limite des 8 m serait sans doute atteinte. De manière à préserver toutes les spécificités des profilés Prium, banquette et la cuisine centrales, Challenger a donc trouvé une solution atypique, en installant un lit transversal (190 x 145 cm) de plain-pied. L’accès est facilité par la création d’un dégagement en pied, le long de la paroi.

Un peu dubitatifs au départ, nous devons reconnaître au final, après plusieurs nuits passées à bord, la pertinence de ce schéma. Le lit n’étant pas trop haut, on prend facilement appui dessus pour aller se coucher ou atteindre les placards de pavillon. Très largement éclairée par trois fenêtres, dont une très grande en pied de lit, la chambre apparaît encore plus spacieuse et agréable. Une cloison rigide préserve l’intimité du lieu.

Au fil des jours, le Prium XT nous dévoile toutes ses subtilités. Regardée au mieux comme une fantaisie, la coiffeuse d’angle de la chambre devient vite un aménagement apprécié. Madame trouve là un poste de maquillage bien pratique, doté d’une large tablette et d’un tiroir. Si le miroir descendait plus bas, nous ne serions pas loin du sans faute. À méditer.

Pour le reste, le plan du Prium XT est connu et reprend les solutions déjà éprouvées sur les autres modèles de la gamme. Il semble toutefois que Challenger ait apporté des modifications, afin de réduire les bruits parasites particulièrement agaçants sur route. Le lit suspendu au plafond se fait presque oublier, alors qu’il grinçait sur les premières séries.

À l’approche d’un dos d’âne, mais aussi sur route dégradée, on veillera à lever le pied à cause du long porte-à-faux (2,50 m) qui écrase les suspensions du camping car. Mises à rude épreuve, elles heurtent les butées en cas de trop fortes sollicitations. Des renforts pneumatiques les soulageraient beaucoup et réduiraient en conséquence les nuisances sonores. C’est un mal récurrent sur les longs camping-cars.

La cuisine constitue la pièce maîtresse des camping-cars Challenger Prium. D’inspiration contemporaine, elle semble tout droit sortie d’un magazine de décoration, vu sa position en îlot central et son revêtement en verre tempé. Elle est dotée de si nombreux rangements qu’on pourrait presque imager, voire espérer, la suppression du meuble haut qui coupe la perspective et masque la vue sur le salon. Le Prium XT prendrait à n’en pas douter une toute autre dimension. Pas question en revanche de revenir sur la tablette escamotable qui allonge la surface de travail de 35 centimètres.

La cuisine est appuyée sur une banquette centrale tout aussi originale, car équipée d’accoudoirs, d’un dossier inclinable et d’une profondeur d’assise réglable. En revanche, pas de ceintures trois points, mais deux sangles ventrales.

Le lit escamotable de pavillon se manœuvre d’une simple pression sur une commande électrique placée sur le bandeau. L’opération apparaît simple et rapide. Elle n’exige pas de précaution particulière, sauf si l’on souhaite descendre le couchage au plus bas, c’est-à-dire à 65 cm du sol. Dans ce cas uniquement, il faudra au préalable rabattre le dossier de la banquette et abaisser le plateau de la table montée sur un pied télescopique électrique.

Total
0
Shares
Ailleurs sur le web