Aperçu au salon du Bourget 2013, l’intégral Dethleffs Evan (5,65m) suscite autant d’interrogations que de curiosité. Zoom sur ce drôle d’engin pas comme les autres.

Présenté au départ comme un véhicule sans avenir clair, l’intégral Dethleffs Evan revient finalement sur le devant de la scène au cous de l’été dernier quand Dethleffs annonce sa mise en production. Il donne aujourd’hui naissance à une série de deux modèles (560D et 560B), disponibles en trois variantes (Active, Sport et Performance). Le budget n’est pas neutre et oscille entre 62 490€ et 70 990€ sur Fiat Ducato 130ch, sans les éventuelles et nombreuses options, à l’image du toit relevable (+3 599€).

Premier crossover du camping, l’intégral Evan chasse sur les terres du fourgon, à cause de sa légèreté (2728kg), de ses dimensions réduites (5,65m de long et 2,15m de large), mais aussi de ses larges portes, dont l’une à l’arrière facilite les chargements dans la longueur. Bref, c’est un modèle innovant et astucieux qui secoue le petit monde du camping-car.

Pour autant, à qui s’adressent ces intégraux Dethleffs ? Pas sûr que la clientèle traditionnelle y trouve son compte, vu les compromis qu’elle devra accepter. On pense plus sûrement à un nouveau public, moins regardant sur le confort, mais qui cherche avant tout à associer la mobilité au quotidien –facilité du stationnement notamment- et le plaisir de la découverte et du voyage en toutes saisons. L’isolation complète de la cellule constitue à ce titre un atout supplémentaire par rapport à un fourgon. En supplément, elle sera renforcée par une mousse de polystyrène extrudée (XPS), en remplacement du basique Polystyrol (EPS).

Malgré le capital sympathie dont bénéficie ce Detheffs Evan, il reste un problème de taille : la longueur (180cm) du lit escamotable, unique couchage double en l’absence de la chambre de toit. Autre grief, le tirant d’air sous le plafond n’est pas démesuré (60 cm), contrairement à beaucoup de modèles où le lit de pavillon descendant plus bas en cabine.

Ailleurs sur le web