Pas encore très connue, la jeune marque allemande Carado réunit d’excellents atouts pour émerger du peloton des marques d’accès. Le style manque un peu d’originalité, mais la fiabilité semble au rendez-vous. A deux ou à quatre, le profilé Carado T 348 emporte l’adhésion, moyennant tout de même de petits suppléments à prévoir.

Née en 2006, la marque allemande Carado, adossée au puissant groupe Hymer, réalise une belle percée sur le segment disputé des camping-cars à prix d’accès. À force de sérieux dans les assemblages et la mise en oeuvre des matériaux, elle s’est vite taillée une jolie réputation de fiabilité et de solidité dans tous les pays où elle est distribuée. Les prix serrés, à partir de 38 000 €, les ambiances sobres et soignées, sans ostentation inutile, ont fait le reste.
Parmi les onze modèles au catalogue Carado (7 profilés et 4 capucines), les profilés T449 et T348 concentrent l’essentiel des ventes. Au premier, l’avantage du lit central (190 x 150 cm) ; au second, l’étonnante modularité d’un agencement assurant de deux à six couchages !

Voie arrière élargie
De longueur inférieure à sept mètres, ce Carado T 348 est développé sur châssis-cabine surbaissé Fiat Ducato dans un empattement moyen de 3,80 m. La longueur supérieure (4,03 m) lui aurait donné assurément une meilleure assise et stabilité sur route, étant donné sa hauteur de 2,91 m. Fort heureusement, la voie arrière élargie (1980 mm) le maintient en ligne et atténue les mouvements parasites de la cellule dans les virages, par grand vent ou lors des dépassements. Les rallonges de châssis, montés au-delà l’essieu arrière et gages de rigidité, sont uniquement retenues sur les camping-cars Carado avec soute garage. Donc, pas sur le T 348.

Très haut lanterneau !
Ce profilé Carado reprend dans les grandes lignes un schéma classique qui s’articule autour d’une cuisine, forcément très appréciée par son dessin en L et sa belle surface de travail sur le retour du meuble. On aime les grands tiroirs coulissants, les profonds placards, le bon diamètre de l’évier (38 cm) et les cinq points lumineux qui participent à l’éclairage de ce poste central, en complément de la baie et du lanterneau panoramique (Heki), en option. Sa position à près de 2 m de haut rend l’ouverture et l’occultation acrobatiques. Pour la plupart d’entre nous, il faudra partir avec un marchepied !

Des options à prévoir
Malgré une dotation de série assez remarquable, comprenant notamment le puissant chauffage / chauffe-eau Truma 6 et un matelas mousse à haute résilience sur le lit principal, il paraît difficile d’échapper à certains suppléments, à commencer par le Fiat Ducato 2,3 l 130 ch. (+1406 €). Vu le gabarit du Carado T348, proche des 7 m, la dépense paraît inévitable, sous peine de jouer de l’embrayage et du levier de vitesses dès les premiers reliefs et lors des dépassements. N’attendez pas non plus des performances décoiffantes du Fiat 130 ch., mais ce moteur apporte incontestablement, par son couple et son agrément, une souplesse de conduite très supérieure au Fiat 115 ch. retenu de base sur l’ensemble des Carado.
On devra aussi prévoir une rallonge pour la climatisation cabine, qui constitue, à tort ou raison, un équipement de confort indispensable. Carado l’intègre dans un pack châssis comprenant l’airbag passager, le régulateur de vitesse, les rétroviseurs extérieurs électriques, l’antenne radio et le pré-équipement radio avec haut parleurs.

Six couchages mais quatre places carte grise
Quoi qu’il en soit, le prix de base du T348, volontairement serré (40 920 €), laisse une marge suffisante pour composer l’aménagement qui vous ressemble, selon que vous voyagez à deux, à trois ou à quatre. Malgré les six places couchages -lit de pavillon escamotable (+1306 €) et lit de dînette (+300 €)-, vous ne pourrez pas aller au-delà faute de ceintures de sécurité suffisantes.

Ailleurs sur le web