Discret, pas cher et confortable. Que demander de plus ? Le Chausson Flash 10 réunit toutes ces qualités à la fois et s’impose déjà comme l’une des vedettes de la collection 2012. La revanche des petits a sonné.

Le Chausson Flash 10 n’est pas un profilé compact comme les autres, au sens où ses dimensions réduites ne nuisent pas au confort intérieur. C’est un atout essentiel qui nous autorise à lui prédire un bel avenir et sans doute une diffusion du concept dans les prochaines années. De quoi s’agit-il exactement ?

Une ligne un peu massive
Le Chausson Flash 10 affiche sous la toise une hauteur inhabituelle (2,89 m), supérieure à celle d’un profilé conventionnel. Rien qui ne contredise pourtant ses capacités à sa faufiler dans les petites rues et se garer sans trop déborder. Non, cette hauteur, si elle doit être perçue comme un handicap, c’est plus en terme esthétique. L’écart important entre le toit de la cellule et celui de la cabine Ford, particulièrement basse, oblige à prévoir une lourde pièce de liaison en polyester. Résultat, une ligne assez massive qui sort le Chausson Flash 10 des standards et des codes esthétiques.

Le meilleur est à l’intérieur
Le mystère ne résiste pas longtemps. Une fois franchi le seuil de la porte, on comprend mieux les raisons qui ont poussé Chausson à concevoir un profilé aussi haut. Equipé d’un lit de pavillon de 140 cm de large, en plus du lit d’appoint en dînette, le Flash 10 est en mesure d’accueillir quatre passagers pour la nuit. Une caractéristique très rare sur les camping-car de ce gabarit.

Dans cette perspective d’utilisation à quatre, sans doute occasionnelle, on descendra le lit de pavillon au niveau intermédiaire de façon à laisser une hauteur suffisante (120 cm) aux personnes dormant à l’étage inférieur. C’est malin et plutôt convaincant. En position basse, le lit se trouve à 60 cm du sol.

Une charge utile extra large
Les bonnes surprises ne s’arrêtent pas là. La commande du lit de pavillon, ainsi que celle du pied de table télescopique, est électrique. Pas mal pour un profilé économique, facturé un cran au-dessus 40 000 €. Alors, où sont les défauts ? Pas dans la salle de bains qui propose une maxi douche séparée (80 x 80 cm) ; pas dans la cuisine, si pratique avec ses larges et profonds tiroirs et son réfrigérateur de 145 litres. Mais, où sont-ils alors ? On les cherche encore.

Plus sérieusement, on doit pointer du doigt l’absence de placards de pavillon, hormis en cuisine. Pour les affaires personnelles, il faudra donc se rabattre sur la penderie installée dans la salle d’eau et déborder éventuellement sur la soute verticale (190 cm de haut) accessible depuis l’intérieur. De toute évidence, il est conseillé de voyager léger, malgré une charge utile conséquente (plus de 700 kg). Drôle de paradoxe !

Un chauffage raccordé au réservoir à carburant
Pour le matériel usuel, indispensable à la pratique du camping-car, deux espaces supplémentaires sont disponibles sous les banquettes du salon, libérés de toutes emprises. La chaudière à gasoil est installée sous le véhicule, tandis que le coffre à gaz n’abrite qu’une seule bouteille 13 kg dévolue aux seuls besoins du réfrigérateur et de la plaque de cuisson. C’est largement suffisant. Les grands voyageurs échappent ainsi aux problèmes d’approvisionnement en gaz à l’étranger. Décidemment, ce petit profilé Chausson ne manque pas de ressources.

Ailleurs sur le web