Avec 3 camping-cars sur 4 en circulation ayant pour base le Fiat Ducato, le porteur italien règne sur l’Europe depuis plus de 35 ans contre vents et marées. Un succès que l’on doit aux nombreuses innovations accumulées sur les 6 générations de Ducato produits à l’usine Sevel Sud, en Italie. Mais cette hégémonie est remise en question par la montée en puissance de porteurs, Citröen et Ford en tête, bien décidés à bousculer la hiérarchie.

Profilé, intégral, capucine ou fourgon aménagé, le porteur Fiat Ducato se prête à toutes les variantes de camping-cars depuis plus de 35 ans

Les plus grandes marques de camping-cars vendues dans l’hexagone (Challenger, Pilote, Rapido, McLouis, Adria…) ont un point commun qui pourrait presque nous échapper, la majorité de ces véhicules sont greffés sur un même porteur : le Fiat Ducato. Cette base n’est cependant plus exclusive, des propositions sur Ford Transit, Citroën Jumper ou Mercedes Sprinter viennent diversifier les offres des constructeurs.

En France comme en Europe, en 2018 on a vu la part de marché des immatriculations de camping-cars sur châssis Fiat, chuter de 75% à 65% en une seule année. Si cette baisse ne remet pas en question la place de leader du Ducato, qui reste encore une valeur sûre du marché, elle pose des questions sur son avenir.

Inusable depuis 1981 et 6 générations de Ducato

La saga Ducato commence en 1978 lorsque Fiat et PSA s’associent pour fonder Sevel, la Société Européenne de Véhicules Légers. Le site de production est installé à Val di Sangro dans la région des Abruzzes en Italie, où le premier Ducato voit le jour le 23 octobre 1981 (modèle X212). Décliné en Alfa Roméo AR6, Citröen C25, Peugeot J5 et Talbot Express, Ducato et consorts partent à la conquête de l’Europe pour concurrencer le Renault Trafic lancé un an plus tôt.

 

Dès le début le Ducato se distingue en proposant la traction avant, un moteur transversal de 68 ch à 83 ch, un grand espace de chargement, et plusieurs variantes de carrosserie. A partir de 1994, et déjà plus d’1 million de Ducato fabriqués, la troisième génération du porteur (X230) intensifie l’offensive sur le secteur du véhicule léger. Aérodynamique améliorée (Cx de 0,35), levier de vitesse intégré à la console centrale, motorisation Sofim 2.8 id TD 122 ch, le Ducato affiche plus de 500 versions disponibles et des ventes exponentielles.

Un châssis d’avant-garde pour les constructeurs de camping-cars

Avec la quatrième génération (X244, 2001 à 2006), conforté par une solide réputation, le Fiat Ducato va bénéficier d’une porte d’entrée sur le plus gros marché du camping-car européen. En Allemagne, les constructeurs vont capitaliser massivement sur la technologie fiable et en constante évolution du Ducato. Ils sont surtout séduits par la traction avant, proposée quasi exclusivement par Fiat. La partie arrière ainsi libérée de la transmission offre des avantages recherchés outre-Rhin : un châssis plus léger pour une meilleure charge utile, une consommation diminuée et la possibilité d’abaisser le seuil de chargement.

 

L’année 2006 marque un autre tournant important, Fiat lance la première base « spéciale camping-car » conçue en partenariat avec les principaux fabricants du secteur. Parmi ses nombreuses caractéristiques : une structure allégée de 70 kg, un châssis abaissé de 14 cm, l’intégration d’une barre anti-roulis de série. L’empattement est variable (3000, 3450, 4035 mm) et la voie arrière peut être élargie à 1,98 m (au lieu de 1,79 m) pour une meilleure tenue de toute.

Une longueur d’avance…

Le châssis Ducato pour camping-cars va irrémédiablement s’imposer dans le secteur des véhicules de loisirs. Il se bonifie encore avec l’apparition de la boite de vitesses Comfort Matic en 2012, et les nouveaux équipements de la sixième génération de Ducato en 2014 (X260), comme les motorisations Multijet améliorées (de 115 ch à 180 ch), les charges records sur les essieux avant et arrière (jusqu’à 2,1 T et 2,5 T), l’arrivée des suspensions pneumatiques et les systèmes d’aides à la conduite pléthoriques (ESC, Traction+, Hill Descent, etc.).

Anticipant les tendances du marché, Fiat n’a cessé d’innover, à l’image de ce Ducato version 4×4 développé avec Dangel. Westfalia a été le premier a l’adopter sur son fourgon aménagé Amundsen 540D.

Au fil de ces 37 années, le Fiat Ducato est devenu une référence du véhicule utilitaire et un leader incontesté des porteurs pour les véhicules de loisirs en Europe. Fiat a su régulièrement prendre de l’avance avec des équipements novateurs, et répondre aux besoins spécifiques des constructeurs de camping-cars. Sans oublier le développement d’une offre de services inégalée composée de 6500 points d’assistance Fiat en Europe et d’une hotline très performante. Le Ducato a surtout bénéficié d’un outil de production puissant (voir encadré) qui permet au Ducato d’être vendu dans plus de 80 pays.

… mais le risque d’une double dépendance

Malgré son succès, on ne peut ignorer les menaces qui pèsent sur l’avenir du Ducato. Le revers de la médaille est la forte dépendance au porteur roi pour la maison Fiat. Car la famille Agnelli vend essentiellement du Ducato et l’intemporelle Fiat 500. Une sérieuse alerte dans un contexte marqué par le recul de Fiat au sein du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles), qui mise davantage sur le premium, occupé à accompagner le succès des Jeep SUV et à relancer Alfa Romeo et Maserati.

De surcroit, ce défaut de diversité est accentué par le risque de dépendance croissante du porteur italien au secteur des véhicules de loisirs. La part de Ducato produits spécifiquement pour les camping-cars est passée de 22% à 60 % en 5 ans. Certes le camping-car se porte bien, les volumes augmentent, mais ce secteur est plus sensible aux variations économiques et il reste un marché de niche face aux puissants secteurs de l’utilitaire et de l’automobile.

Un leadership disputé par la concurrence

Après avoir connu des sommets en équipant jusqu’à 80% des camping-cars, avec 65% aujourd’hui le Fiat Ducato dispose d’une marge confortable quand les autres marques ne dépassent pas les 10%. Pourtant l’ascension régulière des porteurs concurrents, de plus en plus sollicités par les constructeurs de camping-cars viennent inexorablement rétrécir l‘horizon du Fiat Ducato et faire reculer sa part de marché. Les stratégies et les choix technologiques de PSA, Ford et Mercedes commencent à payer sur un marché dominé par l’antériorité historique de Fiat.

Citröen Jumper arrive en force sur le marché des camping-cars, fabriqué sur le site de Fiat, il profite du châssis spécial camping-car du cousin Ducato et apporte son propre moteur 2.0 BlueHDi. La liste des constructeurs qui lui font confiance ne cesse de s’allonger : Adria, Bürstner, Carado, Dethleffs, Elios, Itinéo, La Strada, PLA (photo), Pössl, Sunlight…

On voit Citroën et Peugeot gagner rapidement du terrain sur le segment des véhicules de loisirs, leurs porteurs (Jumper/Boxer, SpaceTourer/Traveler) représentent 10% des immatriculations en France et 15% en Europe. Si le Citröen Jumper et le Peugeot Boxer, conçus par PSA et fabriqués dans l’usine de Sevel Sud partagent la même plateforme que leur cousin Fiat Ducato, leurs motorisations diffèrent. Quand Fiat opte pour l’instant pour un Euro 6 sans AdBlue, PSA déploie une palette de moteurs 2.0 BlueHDI jugés plus performants.

Des alternatives séduisantes

La marque Ford suit la dynamique, dès 2010 un châssis Transit adapté camping-car séduit le secteur, sa progression décolle en 2017 avec le lancement d’une boîte de vitesse automatique (BVA) avec convertisseur de couple. Plusieurs marquent l’adoptent et l’intègrent de série dans leurs collections 2019, une menace supplémentaire pour le Fiat Ducato, qui n’offre pas de vraie BVA mais une boite « robotisée » Comfort Matic.

 

L’offensive pour ébranler la domination de Fiat pourrait également venir des constructeurs de camping-cars eux-mêmes. Après s’être historiquement approvisionné chez Fiat, le groupe Hymer vient de s’associer à Mercedes pour créer une série de camping-cars Premium sur le nouveau Sprinter traction avant. Réservée pour l’heure à des véhicules haut de gamme, cette initiative pourrait bien changer la donne avec l’arrivée d’une haute technologie issue de l’automobile dans l’univers du camping-car.

 

Sevel Sud, la plus grande usine d’utilitaires au monde

Située à Val di Sangro dans la commune d’Atessa, dans les Abbruzes en Italie, l’usine de Sevel Sud* est détenue à 50-50 par les groupes PSA et Fiat. Depuis 1981, 6 millions de Ducato sont sorties de chaines de production, 800.000 ont servi de bases aux constructeurs de camping-cars et de fourgons aménagés.

Le site s’étend sur une superficie de 1.200.000 m² dont 375.000 m² abritent les halls de fabrication (ferrage, peinture, assemblage), il héberge également une académie, centre d’excellence dédié à l’innovation et à la formation. L’usine emploie 6.500 employés et produit 1.150 véhicules par jour, dans plus de 13.121 versions possibles (4.271 versions pour les camping-cars).

La polyvalence des porteurs Ducato et Jumper/Boxer est impressionnante : 270 carrosseries différentes, 3 hauteurs, 4 longueurs, 4 empattements, 50 motorisations, 14 boites de vitesses, 376 options, 214 couleurs… 292.813 véhicules sont sortis du site en 2017 (164.229 Fiat Ducato et 128.588 Citroën Jumper/Peugeot Boxer), un record en voie d’être dépassé en 2018.

* Sevel Sud : Sevel pour « Société Européenne de Véhicules Légers », Sud pour le site en Italie. Fiat et PSA avaient également lancé conjointement l’usine Sevel Nord en 1994 en France (Fiat s’est désengagé depuis, remplacé par Toyota, le site est devenu PSA Hordain)

Total
21
Shares
Ailleurs sur le web