À première vue, parmi les grandes marques européennes, seule Challenger, et Chausson bien sûr, sera en mesure d’aligner une offre complète sur le nouveau Ford Transit ; autant par fidélité historique envers Ford, partenaire de la marque depuis plus de 30 ans, que par cohérence au nom des objectifs de la marque numéro 1 en France : proposer toujours plus de solutions à la carte. Concrètement, le client aura donc l’opportunité de choisir entre le Ford Transit et le Fiat Ducato sur plusieurs modèles des gammes Genesis et Mageo.
La précédente génération du Ford ne pouvait pas rivaliser avec le Fiat Ducato, leader sur le marché (+80% des camping-cars en France). De toute évidence, l’écart se resserre sur la nouvelle version du Transit. La progression est même spectaculaire dans des secteurs aussi variés que les performances, le silence de fonctionnement, l’agrément et le confort de conduite. La consommation sera aussi un élément clé, mais il est encore trop tôt pour se prononcer sur les gains éventuels. Une chose est sûre, en exploitant judicieusement les possibilités offertes par le couple moteur, elle devrait rester raisonnable et se situer autour des 10 L, si l’on se réfère aux premières indications de l’ordinateur de bord. Tout ceci méritera d’être confirmé sur des cycles plus longs. Quoi qu’il en soit, on pourra compter sur un réservoir de 80 litres.

Les camping-cars Challenger sur Ford Transit seront associés en version standard sur le 2,2 litres TDCi de 125 ch.

Du souffle et du caractère
Nous avons eu l’occasion d’essayer la motorisation supérieure, le 2,2 TDCi de155 ch. disponible en option moyennant un surcoût estimé autour des 1 200 €. La valeur de couple, 385 Nm à 1600 tr/min, rend sa conduite extrêmement agréable sur tous les parcours : en ville, à petite vitesse, et sur les voies rapides. Au-delà du premier rapport, ultra-court pour arracher les 3 tonnes, les accélérations sont vives et même surprenantes de puissance. Le Ford allonge la course sans faiblir.

La voie arrière élargie (198 cm) du châssis spécial camping-car du Ford Transit assure de bons appuis dans les virages et évite les mouvements intempestifs de la cellule par grand vent ou lors des dépassements. Sensiblement plus étroite, la voie avant (173 cm) génère de légères oscillations de la cabine au démarrage, mais bien vite oubliées sur route.

Malgré le poids de la cellule et les les soubresauts de la route, les suspensions du Ford Transit encaissent les contraintes mécaniques, sans bruits parasites.

Comme sur la version précédente, datant de 2006, le nouveau Ford Transit dispose d’un levier de vitesses situé sur la planche de bord. Cela facilite bien sûr la circulation dans la cabine. Le frein à main rétractable, comme sur le Renault Master, se fait oublier lors de la rotation du siège conducteur.

Une cabine plus basse
Profitant d’une cabine spacieuse, plus haute et plus large que sur la version antérieure, le conducteur se sent immédiatement à son aise, ajuste la position du fauteuil à l’aide de quatre manettes : hauteur, recul, inclinaison de l’assiette et réglable lombaires. Nullement négligé, le passager dispose des mêmes fonctions et de deux accoudoirs également réglables. L’ensemble apparaît pour le moins convaincant. Seule la rotation des fauteuils vers la cellule mériterait encore des améliorations. La commande avant arrière ne suit pas le mouvement et se retrouve derrière le dossier après la rotation du fauteuil. Pas très pratique si l’on veut ajuster sa position par rapport à la table…

La vision est généreuse, en particulier sur les côtés, grâce à des vitres très larges, dimensionnées aux portes du Transit, dont la largeur d’ouverture (1,30 m) établit un nouveau record. Autre détail intéressant, le seuil d’accès à la cabine du Transit est notablement plus bas que celui du Ducato.

ESC de série sur le Ford Transit
Le Ford Transit se montrera agréable au quotidien grâce à son confort hérité de l’univers automobile, à ses nombreux équipements disponibles dès les versions de base, à l’image de l’indispensable ESC (autrement appelé ESP) de dernière génération qui inclut, en plus de ses fonctions habituelles de contrôle de trajectoire, l’aide au démarrage en côte. Pas besoin de jouer du frein à main, le système retient quelques secondes le camping-car, le temps de relâcher la pédale et d’accélérer.

L’équipement de base du Ford Transit, tout au moins dans la version retenue par Challenger, comprendra, entre autres :

  • Le volant gainé cuir
  • La radio avec commandes au volant
  • Airbag conducteur et passager
  • Le régulateur de vitesse standard, c’est-à-dire sans la fonction adaptative au trafic.

Quant à la climatisation cabine, elle sera accessible, soit par l’intermédiaire d’un pack VIP en supplément, ou en option seule.

En piochant dans la liste des équipements complémentaires, on pourra ajouter le contrôle de pression des pneumatiques, le système d’alerte changement de voie, les jantes alliage 16”, le pare-brise dégivrant électrique ou le système audio premium et navigation avec écran 5”.


La table du Challenger Mageo 398 EB sera redimensionnée pour tenir compte du recul du siège conducteur. Notez au-dessus des sièges cabine la console de rangement.

Ailleurs sur le web