Manque d’imagination, uniformité des implantations, faible prise de risque… Un peu sclérosé le milieu du camping-car ? C’est ce que l’on entend souvent dire. C’est bien vite oublier que le constructeur français Challenger (et son double Chausson) vient régulièrement jouer les trublions avec des idées qui n’appartiennent qu’à lui. Retour sur les grandes innovations de ces dix dernières années.

Pour Roger Clavaret, le directeur marketing de la marque, « il y a deux manières de s’imposer sur le marché : casser les prix ou se démarquer ». Sans jouer les premiers prix, les camping-cars Challenger affichent des tarifs contenus et font preuve de singularité. Implantations inédites et/ou solutions techniques originales, le bureau d’études rivalise de trouvailles  et d’ingéniosité pour faire bouger les lignes.
L’esprit d’innovation est au cœur de l’ADN de la marque ardéchoise, créée en 1985. Un positionnement qui en fait aujourd’hui le n°1 des ventes de camping-cars en France et lui permet de rayonner au-delà de nos frontières. En 5 ans, la marque a multiplié ses ventes par trois en Allemagne – 1er marché européen –, intégrant au passage le top 10.

L’innovation, gage du succès ?

Serait-ce à dire qu’il suffit d’un peu d’imagination pour réussir ? Non, il en faut bien plus. A commencer par la confiance et l’assentiment d’un réseau de distributeurs qui doit aussi porter le projet. Pour autant, c’est bien connu, 100% des gagnants ont pris le risque de jouer.

Parmi les grandes nouveautés proposées par Challenger au fil du temps, certaines n’ont fait que passer. Trop audacieuses ou victimes d’un mauvais timing – on pense notamment au Déclic, ce camping-car bi-carburation essence/GPL présenté peu de temps avant que ne surviennent deux accidents très médiatiques impliquant des véhicules roulant au GPL. La seconde version du Challenger Mageo 100 – avec lit de pavillon en lieu et place du lit abattant d’origine – laissa également une trace éphémère dans le monde du camping-car… (voir notre essai).

Mais d’autres se sont installées durablement, obligeant les autres constructeurs à se remettre en question.

Toutes, en tout cas, ont fait parler, éveillant la curiosité de camping-caristes toujours friands de nouvelles solutions qui viennent renouveler la vie à bord. Quoi de plus efficace qu’un peu de nouveauté pour entretenir le désir ?

Campingcarlesite a sélectionné pour vous six grandes innovations développées par Challenger au cours de ces dix dernières années. Découvrez comment elles sont venues au jour et quelles traces elles ont laissées aujourd’hui.

1 – La cuisine centrale

En 2009, Challenger bouscule le petit Landerneau du camping-car avec le Prium XS, un camping-car court (6 m) et terriblement novateur. La cuisine le long de la paroi latérale, c’est dépassé ! Désormais, elle s’installe au milieu de l’habitacle, face à la route, et l’on pourra tourner autour, à la manière d’un ilot central dans nos cuisines domestiques. Plus qu’une fin en soi, cette cuisine centrale n’est en fait que le moyen de dégager le maximum de surface pour le salon. Ce dernier peut accueillir jusqu’à 6 personnes, à bord d’un camping-car ultra-compact.

Autre originalité du Prium XS pour l’époque : l’absence de lit permanent, qui cède la place à un unique lit de pavillon. D’abord prudents, les camping-caristes se laissent convaincre et adoptent ce principe relativement rapidement.

Si le Prium XS a donné naissance à une gamme complète inscrite au catalogue durant 6 ans, le principe de la cuisine centrale n’a jamais été un grand succès commercial. Son côté précurseur a toutefois généré un formidable élan de curiosité envers la marque. Un élan qui a participé à asseoir son image de constructeur innovant et à développer sa notoriété sur les marchés étrangers.

À partir de là, Challenger n’aura de cesse d’entretenir cette dynamique en tentant de surprendre chaque année – ou presque – avec de nouvelles propositions inédites.

2 – Le Panoramic System

La gamme Prium devient le laboratoire d’idées de la marque française. Celle sur laquelle il teste ses trouvailles, des plus astucieuses aux plus farfelues, avant de les déployer – ou pas – sur le reste de ses gammes. Après le Bike Up System en 2010 (un porte-vélo télescopique électrique sur lequel les deux-roues sont stockés verticalement), 2011 voit arriver l’Easy Chef, une cuisine/plancha extérieure intégrée. Mais c’est surtout l’année du lancement du Panoramic System, qui constitue probablement l’invention la plus spectaculaire du constructeur.

Du fait de la cuisine centrale, le plan d’aménagement des Prium libère de toute emprise une bonne partie de la paroi latérale côté conducteur. Pas de placard de pavillon, pas de banquette. Voilà l’occasion rêvée de profiter d’une grande ouverture vers l’extérieur. Une baie XXL ? Non, mieux : une paroi relevable, façon hayon ! Des vérins, une télécommande et le tour est joué. À l’étape, c’est la communion totale avec la nature.

Proposé en option durant trois ans, le Panoramic System était facturé 2950 €. Une cinquantaine de Prium ainsi équipés ont été vendus à travers l’Europe.

Découvrez le Panoramic System en vidéo.

3 – Le dressing sur soute

En 2011, l’idée d’un camping-car sans lit fixe – d’abord développée sur les Prium – a fait son chemin dans les esprits. Plusieurs modèles de moins de 6,00 m sont nés et, s’ils ne déplaisent pas, ils présentent une faiblesse majeure : le manque de rangements. C’est le cas, par exemple, du Genesis 30.

Trois ans plus tard, plus long de 70 cm, voilà le Graphite 290 (6,70 m). Il reprend le même plan que le Genesis 30, auquel il ajoute une soute garage surmontée d’un profond dressing qui occupe toute la largeur de la cellule. Associé au grand cabinet de toilette transversal, l’ensemble devient une véritable arme de séduction massive qui connaitra une descendance nombreuse.

En 2016, on retrouve cette même partie arrière sur le 270 (6,99 m), avec ses étonnants lits jumeaux de pavillon (une autre innovation Challenger !) qui surplombent le salon face/face.

En 2017, c’est au tour du 260 (6,99 m), qui est le premier profilé à proposer un lit de pavillon de 160 cm de large. Véritable succès (il représente aujourd’hui encore 25 % des ventes du constructeur), il suscite la convoitise et « inspire » les concurrents… ( voir Le Challenger 260 face à ses concurrents)

Pas question de se laisser rattraper par la concurrence ! En 2019, Challenger adapte la formule « dressing sur garage » à un profilé plus court : le 250 (6,36 m). Au passage, il sort une nouvelle version de son Genesis 30, le 180 (5,99 m, dépourvu de garage et doté d’un dressing beaucoup moins profond). La boucle est bouclée.

Voir les modèles équivalents chez la marque jumelle Chausson : Chausson 2020 : variations autour du 640.

C’est sûr, une idée aussi fructueuse que celle-ci, les constructeurs de camping-car aimeraient en avoir plus souvent !

4 – Deux portes cellule pour le prix d’une

L’innovation se montre parfois opportuniste. En 2016, Challenger axe son travail de développement sur le confort des passagers qui voyagent à l’arrière. Rien n’est trop beau pour eux : à bord du 291, le constructeur troque l’habituelle banquette pour deux sièges automobiles individuels ultra-confortables. Réglables en hauteur, inclinables, pivotants, pouvant s’avancer ou se reculer…, c’est le top !

Dans la mesure où ceux-ci sont placés à distance des parois latérales, celle côté conducteur se trouve libre de tout mobilier, comme dans le cas de notre Prium (voir plus haut, le Panoramic System). Le bureau d’études Challenger entend bien exploiter cette particularité. Cette fois, pas de vérins ou de panneau relevable, mais une porte cellule. Plus précisément, une deuxième porte cellule, sur le côté opposé à la première.

Si le succès d’un tel dispositif reste improbable sur le marché français, là encore, cette deuxième porte fait parler et braque le projecteur sur la marque française. Et c’est bien ça que Challenger recherche avant tout. D’autant qu’en toute logique, le 291, puis son successeur le 391, font en carton en Angleterre, où le volant se trouve à droite. Alors, pourquoi se priver ?

Découvrez le 291 en vidéo.

5 – Le DuoBed

On le sait, la très grande majorité des camping-caristes voyagent à deux. Est-ce une raison pour ne pas proposer de nouvelles solutions à destination des familles ? Sûrement pas. En 2017, Challenger lance le 396. Ce profilé de 7,50 m dispose de cinq places carte grise et de cinq couchages dont deux lits superposés.

Jusque là, rien de nouveau. À ceci près que ces lits individuels sont en fait… des lits de pavillon électriques. En journée, tous deux viennent se plaquer au plafond pour laisser la place à un petit salon composé d’une table et de deux banquettes. Ils libèrent également l’accès à un grand dressing sur soute. Voilà encore un descendant du 290 ! (voir plus haut, Le dressing sur soute)

Il faut croire que les familles n’attendaient que ça : l’année de sa sortie, le 396 se classe dans le top 5 des ventes Challenger dans tous les pays d’Europe où il est disponible.

En 2019, un système proche du DuoBed est déployé sur le nouveau 380, en association avec l’EasyBox (un astucieux système de coffres réglable en hauteur). À découvrir ici chez la marque jumelle Chausson : Chausson Korus 720, l’astucieux profilé familial).

6 – La double vasque

Difficile d’évoquer la tradition d’innovation de Challenger sans nous arrêter sur le 338. Cette année (collection 2020), c’est lui qui a fait le buzz grâce à sa manière bien particulière d’envisager le brossage de dents.

Les émissions de déco s’en gargarisent : le must, dans la salle de bain, c’est la double vasque. Chacun son espace, on peut se préparer simultanément sans se gêner et sans se disputer le lavabo. Il ne restait plus qu’à l’adapter à nos camping-cars. Il fallait oser, Challenger l’a fait. Elle trône au beau milieu de la chambre, sous le lit central de pavillon. Associée à la soute réglable en hauteur, elle s’abaisse lorsque le lit descend.

Farfelue ? Un peu, oui, il faut bien le reconnaître. En attendant, les visiteurs étaient nombreux, lors du dernier salon des Véhicules du Bourget, à ne pas vouloir repartir sans l’avoir vu !

Retrouvez le Challenger 338 et sa double vasque plus en détail dans notre article complet : Une salle d’eau mieux qu’à la maison).

Total
10
Shares
Ailleurs sur le web