Challenger, qui monte depuis des années sur le podium des marques de camping-cars en France, réalise la majorité de ses ventes sur le segment du profilé. Mais le constructeur ne délaisse pas pour autant l’intégral. Il dévoile ainsi une nouvelle référence issue d’un modèle à succès. Avec ses lits superposés, le 3080 s’adresse d’abord aux familles… mais pas uniquement !

La stratégie engagée pour tenter de se faire une petite place sur le segment de l’intégral semble payante, Challenger poursuit donc dans la même direction : une gamme ultra-raccourcie et des modèles inédits. L’an dernier, nous découvrions le 2060, déclinaison de l’incontournable profilé 260. Bis repetita ! Cette fois-ci, c’est le profilé 380 (aussi connu chez Chausson sous la dénomination 720) qui donne naissance au 3080 (7,16 m – à partir de 68490 €).

Encore au stade de prototype lorsque nous l’avons découvert, ce 3080 Start Edition n’arbore pas sa décoration définitive (carrosserie, mobilier et sellerie).

Des lits superposés modulables

Signe distinctif, ces deux intégraux délaissent le lit de cabine pour lui préférer un lit de pavillon au-dessus du salon. Un parti-pris qui, s’il condamne l’usage simultané du couchage et des banquettes, présente son lot d’avantages. On apprécie la cabine pleinement dégagée dans sa partie haute, dont le pourtour est habillé de niches et de placards, ainsi que le lit double particulièrement facile d’accès (il descend jusqu’au niveau des assises du salon) et très bien dimensionné (160 x 200 cm).

Après avoir baissé la table, la mise en place du lit se fait simplement en appuyant sur un bouton. Pas même besoin de retirer les dossiers des banquettes. La sensation de volume que confère la cabine dégagée sur toute sa hauteur est impressionante.

Doté de cinq places carte grise, le 3080 se singularise à travers sa vocation familiale. À l’arrière, on retrouve les lits superposés modulables que nous avions découvert en 2019 sur les Quartz 380 et Korus 720. Tous deux sont réglables en hauteur : la couchette du haut grâce à un mécanisme électrique et celle du bas grâce à un mécanisme manuel qui fait également varier le volume de la soute. Sous le lit inférieur dont le sommier se relève, les petits coffres de l’Easy Box constitue des espaces de rangement qui viennent compléter la grande penderie/lingère attenante.

D’abord destinés aux plus jeunes, les lits arrière peuvent également trouver leur usage dans le cadre d’un voyage à deux. On appréciera de disposer d’un couchage toujours disponible, notamment en journée à l’heure de la sieste, sans avoir à descendre le lit de pavillon à l’avant.

Un lit double d’appoint peut également trouver place au salon, sous le lit escamotable dont on arrêtera alors la course à mi-hauteur.

Avec ou sans boîte auto ?

Développés sur châssis Fiat, les intégraux Challenger sont disponibles dans deux niveaux de finition : Start Edition ou Graphite Premium (+4000 €). Si elle se contente de la motorisation 120 ch, la Start Edition adopte un niveau d’équipement déjà complet (clim, double airbag, régulateur/limiteur de vitesse, Traction+, Eco Pack, stores d’occultation cabine, chauffage 6000 W…).

Reconnaissable à ses parois extérieures gris taupe, la Graphite Premium inclut avant tout en supplément la motorisation 140 ch et la boîte auto 9 rapports, mais aussi des équipements de confort supérieur (matelas Premium) et des éléments de décoration plus cossus.

Du côté des profilés

Véritable spécialité de Challenger, les profilés font le plein de nouveautés pour la saison prochaine. Le 240 – alias 660 chez Chausson – surprend avec sa verrière super tendance et son garage multi-fonctions tandis qu’une nouvelle gamme S – pour Slim, 2,10 m de largeur, porteur Ford et prix serrés – fait son entrée au catalogue.

Les profilés classiques, dont le nouveau 240, disposent quant à eux d’une nouvelle casquette en polyester renforcé de fibre de verre. Une solution  grâce à laquelle le constructeur entend tourner le dos aux soucis techniques rencontrés auparavant avec ses casquettes en ABS PPMA. L’isolation phonique et thermique s’en trouvent renforcées. Le Skyroof évolue également ; plus imposant de l’extérieur, il assure un meilleur recouvrement pour une meilleure étanchéité.

Les casquettes des profilés abandonnent l’ABS au profit du polyester renforcé de fibre de verre.
Ailleurs sur le web